Cours: Chapitre 4 L'architecture et la sculpture de 1815 à 1848

Publié le par Dio

Chapitre 4 L'architecture et la sculpture de 1815 à 1848



I. La sculture



1. L'héritage néoclassique



François Rude ''un classique réaliste''


Commande de 4 hauts-reliefs pour l'arc de triomphe, dont le plus célèbre:


Le départ des volontaires de 1792, dit La Marseillaise, haut relief de l'arc de triomphe de l'Etoile à Paris, pierre. 11X6, 1836



''un sublime poème de la guerre'' Rodin.

Allégorie, parallèle avec la guerre, référence à Delacroix
Éléments classiques au niveau de la forme: figures nues héroïsées
Obliques au niveau de l'allégorie pour suggérer le mouvement

On dira que Rude à sculpté une mégère en furie (il prenait sa femme en modèle...)

Cortot, triomphe de Napoléon, 1810



Il n'a a pas le même mouvement, pas d'oblique, on distingue bien l'influence présente dans le départ des volontaire qui ne s'observe pas dans le triomphe.

2) La sculpture romantique

''La sculpture romantique est lyrique, soit de sujet, soit de style'' Luc Benoist.

Elle privilégie les thèmes littéraires, la violence, et use pour cela du bronze, et cherche l'exaltation des expressions.
Préault, républicain et élève d'Anger, sera écarté du salon après la révolution de Juillet, au profit d'un jury de Néoclassiques.

Auguste Préault, Tuerie, fonte en bronze d'après le plâtre du salon de 1834, 1851, 1,09x1,40, musée de Chartres.
Sous-titre: ''fragment épisodique d'un grand bas relief''.




Les personnages se caractérisent par l'outrance de leur expression
Le décors est renversé, en mouvement
Impression d'entassement
Scène très violente, de tuerie littérale
Les personnages sont sublimés par la mort violente
Mort de femmes, d'enfants
Présence d'un africain
Présence d'un chevalier, référence au Moyen-Âge, cher aux romantiques


Préault, Ophélie, 1876, bronze, 0,75x2x0,02, musée d'Orsay. Fonte en bronze d'après le plâtre réalisé en 1843
Hamlet de Shakespeare




Préault: '' Je ne suis pas pour le fini, je suis pour l'infini''

Thème romantique, morbide, d'inspiration du Moyen-âge: gisant.

Il s'agit d'un bas relief, représentant Ophélie, fiancée à Hamlet, suicidée. Thème purement romantique.
Les formes désarticulées de la jeune femme seront vivement critiquées
La représentation de l'eau sera une grande première. Ophélie est effectivement représentée dans la rivière dans la quelle elle est tombée en se suicidant, flottant à sa surface au gré du courant.


Honoré Daumier, Antoine Odier ou le Méprisant, 1832-1835, terre crue rehaussée à l'huile, 0,15x0,10, Paris, Musée d'Orsay




Un des 36 bustes des ''célébrités du juste milieu'', membres de l'assemblée législative et soutiens du roi Louis-Philippe.
Bustes servant de modèles pour ses lithographies de La Caricature

Barye, Lion au serpent, 1835, Bronze, 1,35x1,78, musée du Louvre.




Commande de Louis-Philippe
Le romantisme amène un engouement nouveau pour la sculpture d'animaux, qui étaient jusque là très secondaires, et deviennent un sujet propre
Sculpture très expressive (gueule ouverte, muscles saillants)


II. L'architecture

1) L'architecture néo-classique

Façade de l'église Notre Dame de Lorette à Paris, 1823-1836, architecure d'hippolyte Lebas, plan basilical



Cette architecture n'est pas généralisée dans la ville, mais s'organise en quartier. La cohérence des bâtiments varie donc suivant les quartiers.

Sous la monarchie de juillet, 2 types d'architecture:

Celle commandée par l'église comme celle ci-dessus, inspirée des basiliques paléo-chrétiennes romaines. On y voit à l'intérieur une décoration très colorée, très ornée

Façade de l'église Saint Vincent de Paul à Paris, 1830-1846, par l'architecte Hittorff
Portique (pronaos) hexastyle (à six colonnes)




Tours et escaliers inspirés de l'église de la Trinité.

Et les commandes publiques, comme les palais de justice, les prisons ...
Souvent calqués sur les temples romains comme le palais de Justice de Lyon par Louis Pierre Baltard, 1847, 24 colonnes, posées sur un sous bassement, très vaste entablement
L'architecture est ornée, à la façon des bâtiments du 1er Empire.

2) Architecture romantique

Se distingue par son éclectisme

a) Style néo-gothique


Ce style s'amorce notamment par les influences:


1795 Musée des monuments français
Notre Dame de Paris de Victor Hugo
1837 commission supérieure des Monuments historiques (Mérimée)
Restauration de Notre Dame de Paris par l'architecte Viollet-le-Duc


Façade de l'église Sainte Clotilde à Paris dans le faubourg Saint Germain
Plan de Gau (1833), réalisée de 1846 à 1857.




Cathédrale miniaturisée à l'ornement abondant.

b) Une nouvelle génération d'architectes

Des architectes révolutionnaires appelés romantiques
Felix Duban
Henri Labrouste
Pour l'éclectisme et le rationalisme en architecture.
Veulent libérer l'architecture de la soumission aux conventions néoclassiques,  et qu'elle soit ainsi expressive, parlante

Façade de la bibliothèque Sainte Genneviève à Paris, 1843-1850, par Henri Labrouste.



En forme de parallélépipède, l'architecture de la bibliothèque se veut éclectique. On distingue les deux parties du bâtiments: au rez de chaussée, le magasin, aux petites fenêtres, et à l'étage, la salle de lecture, aux grande fenêtres éclairant les lecteurs.
Éclectisme par la présence de festons romains, et de la séparation en deux de l'espace intérieur, inspiration purement médiévale (cf 2e photo).
Éclectisme toujours par la mise en valeur des éléments en fer, images de la révolution industrielle, ce qui sera très fortement critiqué.

3) Architecture industrielle

[Suite à venir]


Cours magistral donné à Lyon III par monsieur De Vergnette, rédigé par K. Roche

Commenter cet article

Amaury Pierre Bouget DG 29/11/2008 13:46

Si tu as besoin j'ai le cours sur l'architecture industrielle. Il est à disposition avec photos et sans fautes. Fais moi signe si tu en as besoin